La question "pourquoi ?"

Isabelle: Il est parfois difficile de concilier Amour et toute cette souffrance extrême d’êtres innocents, même si elle est dite illusoire et que "rien ne se passe vraiment".


Ce jeu est cruel pour ceux qui ne "voient" pas ! Bien sûr, quand c’est vu, il n’y a ni "moi" ni "autre", ni souffrance. Ce qui n'empêche pas une grande compassion et un engagement et un passage à l'action si cela se présente.



Didier: La question du “pourquoi” (de la souffrance, des atrocités, du manque d’équité, du sens de la vie, etc. ) est un sujet récurrent parmi les chercheurs.


L'outil non duel permet de résoudre - ou plutôt le plus souvent de dissoudre - un fort grand nombre de questions… mais pas de résoudre la question du “pourquoi" !


La réponse à ces questions réside toujours dans la totalité - et à partir - des éléments interconnectés en présence. Tout est cohérent en ce Potentiel infini. C'est un potentiel qui s’actualise uniquement bout par bout, point de vue par point de vue : l’angle-Isabelle, l’angle-Didier, etc…


Comme chaque angle est une limitation extrême de l’infini des possibles, il ne comportera jamais tous les éléments de réponse nécessaires pour une résolution satisfaisante et complète à cette question.


Ramesh Balsekar soulignait souvent que la réponse à la question du “Pourquoi cette manifestation ?” n’était pas accessible.


Mais par contre qu'il était possible de découvrir les mécanismes du "Comment cette manifestation ?" C'est ce que je m'efforce de décrire en permanence 😃