"Personne" et "personnage"

Sylvie: Je t'ai dit qu'en présence d'une personne je me sentais transparente, et ne me l'expliquais pas. Je me demande aujourd'hui si cette sensation de sentir l'autre, ce qu'il ressent, comment il se sent, au point de presque rentrer dedans n'est pas simplement un effacement du personnage Sylvie qui devient l'autre?


il y a comme une fusion des deux que j'observe. Et jusqu'à présent, cela m'agaçait un peu de me perdre. Mais n'est-ce pas le moi ou l'ego qui est agacé de perdre sa ligne de conduite habituelle ?


Didier: Je comprends ce que tu décris, et effectivement - dans ta terminologie - c’est bien une absence d’un personnage qui favorise l’apparition et une forme d’intimité avec l’autre.


Mais ce n’est pas la meilleure description de ce qui se passe dans ma vie, depuis plus de 20 ans. Maintenant, je vais proposer ici une illustration, c’est juste une proposition à ne pas prendre pour valeur absolue, cet Éveil se déploie des fois de façon assez différente.


Donc:


- la notion de “personne” a totalement disparu, il n’y a pas de Didier dans le personnage Didier, pas plus qu'il n'y a de Sylvie dans le personnage Sylvie, ou de chat dans l’apparence chat, etc…. Et cette disparition est abyssale, c’est un oubli total de ce type de lecture.


- il reste donc "personnage" en face de "personnage", au sein et surtout, fait de cette Conscience-Présence que je suis. Il n'y a donc qu’une seule expérience, très complexe, un torrent défini par plusieurs “rives", les mains de Didier, le dialogue de Didier, le visage de Sylvie, le dialogue de Sylvie, etc… Même les pensées et émotions peuvent s’exprimer ou se ressentir en différentes rives.


- Il n’y a donc pas de différence fondamentale, ni de hiérarchie, entre ce qu’on pourrait appeler “moi” et “les autres”, juste des différences d’intensité et de type de modulation de CELA que je suis.


- La disparition - ou pas - d’une des rives, par exemple par effet de focus de l’attention, ne fait fondamentalement aucune différence, c'est juste un parfum différent, il n’y a encore et toujours que cette UNIQUE Vie à l’oeuvre...