Rien n'arrive avec OU sans raison ?

Christophe : Dans "Looking for Atman #4" incluant l'épisode "DEVS", il est dit : " RIEN n'arrive sans raison..."

Je reprends DEVS avec l'exemple du stylo.

Le stylo roule sur la table.

CAUSE : parce qu'elle l'a poussé.

RAISON : Parce qu'elle veut démontrer quelque chose.


Dans ton livre p111 :

"Rien n'est la cause de rien. Chaque événement est créé avec, par, en et grâce à l'Un....deux événements ne sont pas liés entre eux mais chacun relié à l'Un."

C'EST CONTRADICTOIRE ! Tu aurais dû dire :

Evénement 1 : Elle a poussé le stylo.

Evénement 2 : Elle veut démontrer quelque chose.

Et ces 2 événements ne sont pas liés. Donc TOUT arrive sans raison !


Didier: C’est chouette de faire cette exploration comme tu le fais, méticuleusement, scientifiquement, en soulevant chaque pierre rencontrée. 😃

Les mots “cause" et “raison" sont relativement interchangeables, ce n’est pas la clef.

En résumé: - tout est la cause de tout, c’est un “système" en équilibre. - il n’y a pas de cause INDIVIDUELLE, et donc pas d’individu. C'est la conclusion proposée à ce niveau. J’en parle dans la dernière vidéo avec Sophie: Sophie en conversation avec Didier Weiss - 25 mars 2021 - YouTube - P111: "Rien n'est la cause de rien. Chaque événement est créé avec, par, en et grâce à l’Un”: indique que ces “règles du jeu” au sein de la manifestation - par exemple la goutte d’eau qui descend la plus grande pente du fait de la règle de la gravité terrestre - sont les seules réelles causes et sont les conditions contextuelles, pré-existantes à l’histoire, à la manifestation.


Les causes/raisons SEMBLENT être EN la manifestation mais elles n’existent que par la SUPPOSITION initiale du contexte, une forme de jaillissement à la Source qui “permet" à l’histoire de se déployer. Donc rien n’est REELLEMENT la cause de rien, seulement apparemment, la seule et unique “cause” est l’Un. La première partie est un outil pour détruire l’illusion de séparation au sein de l’histoire, et découvrir ainsi la vacuité de “notre” existence.


Vacuité. La deuxième partie est un outil pour s’éveiller à ce “Geste” créateur incroyablement complexe mais unique en nature : un gugusse engagé dans un soi-disant monde extérieur, tout d’un coup reconnu en sa totalité comme CELA QUE JE SUIS, supposant - et de fait créant - toute cette histoire.


Plénitude. Bonne chasse métaphysique !