top of page

La panique est une bonne nouvelle !

Catherine: Je réécoute petit à petit notre dernier entretien. Il y a beaucoup d'émotion à la simple évocation de cette phrase: "il n'y a pas de séparation." Cela fait remuer, c'est même carrément la panique... Faut-il insister ou pas? Serait-ce Maya à l'œuvre?

Didier: C’est une excellente nouvelle que toutes ces émotions apparaissent. 😃


Sarvapriyananda, swami advaïtin américain dit souvent: “Si vous n’êtes pas terrorisés à l’écoute de ce que je dis, c’est que vous n’avez pas vraiment compris!” 😉


Le mécanisme de défense naturel de cette forme de vie particulière appelée Catherine est à l’oeuvre: retourner au connu, à la normalité, à l’interprétation habituelle des choses et des personnes. Tu peux l’appeler Maya, mais c’est un mécanisme bienveillant de survie car ce qui semble proposé et compris est une forme de folie, ou de mort, semble-t-il...


Il n’y a pas à insister ou à abandonner, juste à “goûter” la proposition non duelle tranquillement, quand il y a disponibilité, avec humour ! L’humour est le produit anti-Maya le plus efficace, il dissout l’importance personnelle !

Comments


bottom of page