Nettoyage du passé

Martine: Dans ton approche, penses-tu qu'il soit"nécessaire" de nettoyer les mémoires de vies passées ou encore de cette vie ? Pour ma part, le personnage se sent dépassé...


Didier: C’est une question intéressante et assez complexe.


Une première approche serait de dire qu'il n’est en fait pas nécessaire de "travailler" ces points difficiles et les potentiels traumatismes qui peuvent encore être "actifs". D'experience, certains d'entres nous savent que c’est un travail ingrat, sans fin, et dont les moyens habituels - psychologie, psychiatrie, thérapies, etc… ne semblent pas vraiment efficaces, en tout cas pas très souvent et pas pour tout.

Dans la métaphore très connue de "la corde et du serpent", la corde abandonnée sur le chemin est, par simple manque d’éclairage, confondue avec un serpent. Il s'agit bien sûr d'une méprise : point de serpent, la corde jamais été qu'une corde ! Alors, travailler à réduire l'effroi et la montée d'adrénaline générés par la “vision serpent”, va amener une forme de relaxation, mais ne résoudra jamais fondamentalement le problème de base. Celui-ci est hallucinatoire car il n'y a jamais eu de serpent. On risquera de s'épuiser des années en vain à tenter de le faire disparaître, c'est une impossibilité.


Il sera donc infiniment plus efficace de revenir à la "vision corde" pour résoudre/dissoudre tous les effets indésirables, c’est-à-dire revenir à l’Evidence de notre Essence pour dissiper traumatismes ou autres mémoires négatives récurrents qui - de fait - n’auront plus le moindre support pour persister à exister.


Une deuxième approche serait, dans les cas de traumatismes profonds, de les atténuer autant que faire se peut par le biais de thérapies afin d'éviter qu’ils se mettent en travers de cet apparent chemin de retour vers la Source. Les plus virulents ne seront sans doute pas résolus mais suffisamment affaiblis pour ne plus constituer des obstacles insurmontables.

Donc c’est à voir cas par cas... 😉