Réclamer réparation

Charles: Dans "ma vie", j'ai manqué tout ce qui me tenait à coeur, et surtout j'ai perdu l'amour de ma vie. Je n'ai plus de perspective, plus d'activité, plus d'intérêt pour grand chose. Cet état de fait n'est pas accepté et revient toujours à la charge pour réclamer réparation.


La question est la suivante, et j'ai presque honte de la poser : que puis-je faire avec ça ? Dois-je m'en soucier? Est-ce que c'est bien ça qui fout régulièrement tout par terre? Quel est ton regard là-dessus ?


Didier: Le conseil, dans tous les cas, est d'aller à la racine du problème, et ne pas tenter de résoudre le traumatisme au niveau de la contraction, de la douleur, des effets secondaires. Il ne s'agit pas non plus d'essayer de diminuer la cause par des thérapies, ou bien tout narratif qui présupposerait quelque chose à faire, de surcroît par quelqu’un.


Cela peut fonctionner parfois dans la vie “ordinaire”, mais absolument pas en ce “saut quantique” dont nous parlons.


La direction de l'exploration est - toujours et encore - à travers ce fichu “libre arbitre"...

Il s'agit de Voir que rien de rien n’est décidé, déclenché, par des personnes, des partenaires, qui aurait pu/dû faire autrement. C'est pareil pour pour Charles, il n’y a personne qui est agressé, bafoué, abandonné. Il n'y a ni aggresseur et ni aggressé.


Cela peut sembler a priori une forme de fuite conceptuelle, mais je t’assure qu’il est très possible de voir à la racine l’inanité de toutes ces idées décrivant un "pauvre moi”, et qu’elles disparaissent TOTALEMENT du monde-Charles.

Sans cette Evidence, toute mutation en une Vie sans centre - comme tu l'as déjà vécu - aura toujours le risque d’utiliser des fragments de croyances en des histoires douloureuses, en ré-activant légèrement le principe illusoire de séparation.